Le magicien d’Oz ou le film fantastique le plus décevant de ce début d’année…

8actaoz77kcg1h2o

Bande-annonce prometteuse, casting alléchant et histoire adorée de tous, le Monde Fantastique d’Oz avait toutes les cartes en main pour séduire. Pourtant, de trop nombreux clichés, de plans serrés, de lenteurs et des personnages peu crédibles sont venus noircir le tableau du pays d’Oz. Décryptage.

Revenons-en aux faits. Oscar Diggs (alias James Franco) est un illusionniste malhonnête mais très malin qui tente de percer en tant que magicien dans un cirque ambulant du Texas. Un jour, alors qu’il se fait pourchasser, il fuit à bord de sa montgolfière et se retrouve dans une terrible tornade qui le conduit droit au Pays d’Oz. Accueilli par la gentille sorcière Theodora (Mila Kunis) comme le fameux magicien qui sauvera le peuple d’Oz de la méchante sorcière Evanora (Rachel Weisz), celui-ci aidé de Glinda (Michelle Williams), y voit l’opportunité de récolter la gloire, la fortune et le pouvoir dont il rêve tant….

L’histoire était donc séduisante: un casting de choix, des décors incroyables et une utilisation intelligente de la 3D, devaient permettre au spéctateur 2h de pur délice. Pas tout à fait. Certes les décors, la 3D et les effets spéciaux sont fabuleux (mention spéciale également aux costumes du film et en particulier au sublime tailleur bordeaux rétro de Mila Kunis), mais à force de trop en faire, ne perd t-on pas le spectateur? Trop de couleurs, trop de personnages alambiqués, trop de niaiseries, trop de situations « clés en main », en un mot trop facile. Les personnages féminins sont creux et figés, Michelle Williams en tête, les blagues grotesques et le scénario bourrés de clichés et de lenteurs. Même si James Franco est à la hauteur de son personnage, (sans non plus égaler sa très bonne prestation de Spring Breakers), la sauce ne prend pas. A mi-chemin entre le raté Alice aux pays des Merveilles de Tim Burton et l’ultra-niais Monde de Narnia, le Monde Fantastique d’Oz de Sam Raimi se perd dans un imaginaire confus et aberrant où ni les personnages ni les décors ne sont crédibles. Dommage.